Block title
Block content

Les Maîtres d'art

La transmission des savoir-faire remarquables et rares


 
Instauré en 1994 par le ministère de la Culture (arrêté du 16 mars 1994), le Dispositif Maîtres d'art — Elèves contribue chaque jour à la pérennisation des savoir-faire remarquables et rares des métiers d'art. Dans une démarche inédité, son rôle est de porter la transmission des savoir-faire qui incarnent l'excellence des métiers d'art, participent à la vie économique et culturelle française et pour lesquels il n'existe que peu ou plus de formations. A la fois programme d'accompagnement, tremplin professionnel et réseau d'excellence, le Dispositif Maîtres d'art — Elèves constitue aujourd'hui une initiative unique en Europe, pilotée depuis 2012 par l'Institut National des Métiers d'Art (INMA).

Qu'est-ce qu'un Maître d'art ?

132 Maîtres d’art depuis la création du titre

Inspiré par les "Trésors nationaux vivants" du Japon, le titre de Maître d'art est décerné à vie par le ministère de la Culture. Il distingue des femmes et des hommes de passion pour la singularité de leur savoir-faire, leur parcours exceptionnel et leur implication dans le renouvellement des métiers d'art. Depuis la création du titre, 132 professionnels ont été nommés dans plus de 90 spécialités différentes, tant dans le champ de la création artistique que de la préservation du patrimoine.

Une reconnaissance et une mission

Plus qu'une reconnaissance, le titre de Maître d'art est le symbole d'un engagement. Une fois nommé, chaque Maître d'art a la devoir de transmettre son savoir-faire à l'Elève avec lequel il a été sélectionné. Pendant trois ans, son atelier devient le lieu privilégié de la transmission. Il reçoit une allocation annuelle du ministère de la Culture et bénéficie de l’accompagnement pédagogique de l’Institut National des Métiers d’Art.

Comment devenir  Maître d'art, comment devenir Élève ?

Les critères de sélection

  • Le candidat Maître d'art doit être un professionnel des métiers d'art en exercice pouvant justifier d'une expérience professionnelle significative et possédant un savoir-faire remarquable et rare pour lequel il n'existe que peu ou plus de formations,
  • Le candidat Maître d'art doit s'engager à transmettre à son Élève, au sein de son atelier, la maîtrise des gestes et techniques les plus complexes de son métier,
  • Le candidat Elève doit posséder un premier diplôme et justifier d'une première expérience professionnelle,
  • La candidature doit faire l'objet d'un programme de transmission cohérent, construit conjointement par le binôme, avec un contenu détaillé et une description précise de sa mise en œuvre,
  • Le candidat Elève doit présenter le projet professionnel ét économique qu'il souhaite concrétiser à l'issue de la transmission.

La procédure de sélection

La procédure de sélection est mise en œuvre par l'INMA. Elle place au centre des débats le futur des Élèves et les réflexions que portent les binômes sur l'avenur de leur métier. L'appel à candidature est ouvert tous les deux ans. L'étude des dossiers est confiée à un Jury composé de professionnels des métiers d’art, de directeurs d’établissements et d’experts du ministère de la Culture.

La transmission

L'accompagnement pédagogique de l'INMA

Le Dispositif assure à la transmission des savoir-faire une place réelle dans le temps et dans l’espace. Il donne aux Maîtres d’art et aux Élèves l’opportunité de s’y consacrer pleinement. Après la nomination, un accompagnement de trois ans est proposé à tous les binômes. L’atelier du Maître d’art est le lieu privilégié de la transmission. Toutefois, le parcours de l’Élève se prolonge hors les murs, autour de multiples projets. La structure professionnelle qui accueille la transmission reçoit une allocation annuelle du ministère de la Culture. Cette aide complète l’appui pédagogique de l’INMA qui veille à la cohérence des actions, soutient le Maître d’art dans sa mission et conseille l’Élève dans ses choix professionnels.

Le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller

Grâce à la Fondation Bettencourt Schueller, l'INMA donne un nouveau souffle au Dispositif, redéfinit son action et accentue l’attention portée au devenir des Élèves. La transmission questionne l’avenir d’une pratique et d’un geste. Elle est réussie lorsqu’elle permet l’épanouissement de projets pérennes. L’INMA et la Fondation Bettencourt Schueller mobilisent ainsi des aides spécifiques à destination des Élèves qui se projettent dans le développement d’une activité économique ou s’investissent dans la recherche et la création.